• Home
  • Articles
  • Obligation de Recommander le bien et de Réprouver le Mal

Obligation de Recommander le bien et de Réprouver le Mal

Sheikh Abou Baker Al-Djazairi

Il revient au musulman majeur d'intervenir pour réprouver un acte louable délaissé par la force, s'il en est capable, ou par l'exhortation.

C'est une preuve de la foi en Dieu. Allah l'a assimilée à la foi même quand il dit:

Vous êtes la meilleure communauté jamais apparue sur terre, car vous exhortez à faire le bien et vous blâmez le mal, et vous croyez en Dieu. (3 - La Famille d’Imran - 110)

Les preuves de la Tradition:

1 - Dieu l'a ordonné en disant:

- Qu'il y ait parmi vous une communauté qui prêche le bien, ordonne ce qui est décent et proscrit ce qui est blâmable. Ce seront eux, les bienheureux. (3 - La Famille d’Imran - 104)

2 - Dieu a déclaré que Ses alliés, ceux qui sont dignes de Son secours, sont bien ceux qui recommandent de faire le bien et condamnent le mal.

Il dit:

- ... Ceux qui, une fois leur pouvoir établi sur terre, observent assidûment la prière, s'acquitteront de l'aumône recommanderont le bien et dénonceront le mal. (22 - Le Pèlerinage - 41)

Les croyants et les croyantes sont étroitement solidaires. Ils ordonnent ce qui est bien, proscrivent ce qui est mal. Ils sont assidus à la prière, acquittent régulièrement l'aumône obéissent à Dieu et à Son Prophète. ( 9 Le repentir 41 )

Parlant de Son serviteur Loqman, alors qu’il exhortait son enfant, il dit:

Mon enfant observe la prière, recommande ce qui est bien, déconseille ce qui est mal. Endure patiemment ce qui peut t'atteindre, tout cela est le propre d'une âme résolue. (31 Loqman 17)

Reprochant aux Fils d’Israël leurs fautes, II dit:

- Ceux d'entre les enfants d'Israël qui avaient tourné le dos à la foi, ont été maudits par la bouche de David et celle de Jésus pour avoir été rebelles au Seigneur et avoir commis l'iniquité. Ils demeurent indifférents devant le mal, évitant de se censurer les uns les autres Comportement infâme s'il en fut. (5 - La Table Servie 78)

Parlant toujours des Fils d’Israël, Dieu nous fait savoir qu'II avait sauvé, parmi eux, ceux qui conseillaient le bien et blâmaient le mal, et qu'II avait laissé périr ceux qui se taisaient.

Il dit:

- Nous sauvâmes ceux qui réprouvaient le mal et infligeâmes aux injustes un châtiment terrifiant, pour leur actes pervers. (7-El-Araf- 165)

Le Prophète (S.B. sur lui) a dit:

- Quiconque constate un fait abominable doit intervenir pour le corriger, soit par la main s'il en est capable, soit par la parole ou à défaut qu'il le désapprouve en son for intérieur. C’est là le stade le plus faible de la foi. (Muslim)

- Vous recommandez le bien et réprouver le mal ou Dieu vous infligera de sa part un châtiment. Vous implorez Dieu, alors ils ne vous secourra pas. (Tirmidi )

- Il n'y a point de société ou l'on commet des péchés et où des gens capables de les réprimer se taisent qui ne risque de subir on châtiment général qui n'épargne personne. (Tirmidi)

Abou Thaalaba Khosty (un compagnon du Prophète) demanda à celui-ci l'explication de ce verset: "Que vous importe que d'autres s'égarent, si vous êtes sur la voie de Dieu." Le Prophète (S.B. sur lui) dit: - Thaalaba! Exhorte les autres à faire le bien et réprouve le mal. Quand tu remarques que l'avarice n'est plus maîtrisée que le caprice fait la loi, que chacun est infatué de son opinion et que l'on fait honneur à la vie matérielle, à ce moment occupe-toi de toi-même et fuis les gens. De rudes épreuves en foules, de la noirceur de la nuit Vous attendent. Celui qui observera sa religion à ce moment-là aura la récompense de cinquante hommes d'entre vous. Cinquante hommes d'entre eux, répliquent les compagnons, (pas d’entre nous!). Mais non d'entre vous dit le Prophète (S.B. sur lui) Aujourd'hui Vous trouvez des agents qui vous incitent à faire le bien, quant à eux, ils en seront dépourvus. (Abou Daoud -Ibn Majah)

- Il n'y eût point de Prophète parmi ceux qui m'ont précédé, qui n’eût ses apôtres et ses compagnons qui suivaient sa conduite et appliquaient ses enseignements. Ensuite des générations leur succèdent, disant ce qu’ils n'appliquent pas et agissant à l'encontre des enseignements reçus.

Celui qui les combat, est un croyant, celui qui leur résiste par la langue, est un croyant, Celui qui les désapprouve par le cœur est aussi un croyant. En dehors de cela il n'y aura pas un atome de foi. - Interrogé sur la meilleure des guerres saintes, le Prophète dit:

- "Une vérité proclamée à la face d'un despote". (Ibn Majah, Ahmed et Nissaï)

Témoignages Logiques:

1 - L'expérience a prouvé que la maladie envahit petit à petit tout le corps quand il n'est pas soumis a un traitement. Arrivée à ce stade, la maladie est difficilement combattue. Ceci s'applique également aux mauvais actes que personne ne condamnent et qui deviennent une habitude pour tous, quelque soit leur âge. II sera alors difficile de changer leur orientation et d'extirper leurs défauts. A ce moment, ils encourent le châtiment divin, car "La loi de Dieu est immuable. Vous ne Lui trouvez aucune déviation". (35 - Les Anges- 43)

2 - II est clair qu'un foyer négligé, non nettoyé pendant longtemps, devient insalubre, d'une odeur fétide et d'un air infecté. Les microbes y pullulent. C'est exactement ce qui se produit dans une société où le mal n'est plus réprouve, où l'on n'exhorte plus à faire le bien. Alors les âmes ne tardent pas a se souiller et les gens à devenir méchants. Le bien est méconnu, et le mal règne de plein droit. A ce stade on devient indigne de la vie. Dieu, par des mesures qu'II juge convenables, anéantit la société. Ses rigueurs sont implacables, et étant puissant, Sa vengeance est redoutable.

3 - On remarque que la nature humaine s'habitue facilement au vice, s'y familiarise, l'apprécie et finit par le trouver normal. C'est la que doit intervenir l'exhortation au bien et la réprobation du mal; si le bien est délaissé et n'est pas rétabli à temps, les gens ne tardent pas à s'habituer à son absence et trouver anormal son existence.

De même, si on ne s'empresse pas à réprimer le vice, ce dernier se propage, se généralise et finit par devenir familier aux yeux de ceux qui le font qui finissent par le considérer le bien même. C'est le stade de l'aveuglement, de la déformation spirituelle, que Dieu nous en préserve!

Pour parer a cette dégradation, Dieu et Son Prophète (S.B. sur lui) ont expressément recommande de réprouver le mal et d'inciter à faire le bien. C'est un devoir auquel tout musulman doit se conformer pour veiller à la sauvegarde de sa pureté, de ses bonnes mœurs et de son rang social dans le monde.

Comment s'y prendre:

1 - Pour recommander le bien, le musulman doit savoir ce qu'est le bien conseillé par la loi divine; c'est également le cas du mal qu'il doit réprouver parce qu'il est réfuté par la religion.

2 - La personne qui se voue à cette mission doit être pieuse et ne pas faire le contraire de ce qu'elle prêche, car Allah dit:

- Croyants! Pourquoi dites-vous ce que vous ne faites pas? II est vraiment abominable, pour Dieu, de dire ce que vous ne faites point. (62 - Le Rang - 3)

Prêchez-vous aux hommes la bonté, alors que vous-mêmes, vous l'oubliez? Serez-vous à ce point insensés, vous, qui récitez les ةcritures! (2 - La Vache - 44)

3 - Celui qui prêche le bien et réprouve le mal doit être affable et clément. II exhorte avec douceur et n'est pas choqué si on lui fait du mal. Au contraire, il endure et pardonne. Dieu nous le fait savoir en ces termes:

- Mon enfant, (dit Loqman exhortant son enfant) recommande ce qui est bon, déconseille ce qui est mal, endure patiemment ce qui peut t'atteindre. Tout cela est le propre d'une âme résolue. (31 - Loqman - 17)

4 - II est interdit d'espionner les gens pour découvrir leur mal, tel que les épier chez eux, ou soulever le pan de leur habit pour voir ce qu'ils cachent, ou bien, ouvrir leur panier pour déceler ce qu’il contient.

La religion recommande de ne jamais chercher à dévoiler les faiblesses humaines, ni d'espionner les fauteurs. Voici les recommandations divines:

- Ne vous épiez pas les uns les autres! (49 - Les Appartements - 12)

Le Prophète (S.B. sur lui ) aussi dit: "Ne vous espionnez pas". (Boukhari)

- Quiconque passe sous silence les imperfections d'un musulman, Dieu ne dévoile pas ses torts dans ce monde et dans l'autre. (Muslim)

5 - Avant de commencer par exhorter quelqu'un à faire le bien, il est nécessaire de l'éclairer, car il est possible qu'il agisse par ignorance. De même quand on veut le prévenir il faut lui montrer le mal qu’il commet, car il se peut qu'il l'ignore aussi.

6- Ceci fait, on doit agir avec douceur. Si le prévenu ne se conforme pas, on lui adresse des paroles qui touchent le cœur. On lui expose, par exemple, le châtiment qui peut l'atteindre et la récompense que Dieu lui réserve. S'il persiste dans son refus, on recourt alors au blâme et au langage sévère. Si cela encore s’avère inutile, on emploie la force, si on en est capable, autrement on fait intervenir les amis ou les autorités.

7 - Si on est incapable de changer le mal par la force ou par la parole, par crainte pour sa vie, ses biens ou sa dignité, et se jugeant très faible pour supporter le poids de tels sacrifices, il ne reste plus qu'a désavouer le mal par le cœur, selon le dire du Prophète (S.B. sur lui ) :

- Celui d'entre vous qui voit une chose répréhensible qu'il la redresse de sa main ; s'il en est incapable, qu'il le fasse par le langage; s'il est encore incapable, qu'il la réprouve dans son for intérieur et c'est là le stade le plus faible de la foi.

http://www.islaam.com/Article.aspx?id=179

1
6391
تعليقات (0)